icon-fichetechnique

ANNÉE : 2023

DURÉE : 52′

RÉALISÉ PAR : Chloé HENRY-BIABAUD

DIFFUSION :  prochainement

Les Goudes, Callelongue, L’Escalette, la Madrague… des noms qui font rêver. Entre mer et collines, apéros et baignages, ces « villages » aux maisons bigarrées semblent suspendus dans le temps. Mais ces petits coins de paradis n’ont pas toujours été aussi enchanteurs. Pendant près de deux siècles, ils ont été la zone de relégation des industries les plus polluantes de Marseille. Aujourd’hui, scories et cheminées rampantes saturées de métaux lourds, témoignent d’un pan de l’histoire de la ville volontairement oublié. Une époque révolue au cours de laquelle plus d’une douzaine d’usines crachaient des fumées noires toxiques sur les pins, et déversaient du plomb dans les eaux turquoise des criques. 

Ces calanques étaient alors peuplées d’ouvriers, pour la plupart des immigrés Italiens ou Espagnols, qui exécutaient des tâches ingrates et dangereuses dans un cadre idyllique. Si les sites industriels ont désormais fermé, la pollution, elle, est restée, des décennies, parfois même des siècles plus tard.

Les gens qui y vivent le savent. Certains s’en accommodent, d’autres tentent de la combattre, une partie d’entre eux préfère carrément l’oublier. Même si tous les riverains partagent un amour profond et sincère pour leur Eden, la gestion complexe de la pollution donne lieu à des débats extrêmement houleux. Une plainte contre X a même été déposée contre l’État pour mise en danger de la vie d’autrui en 2019.

La réalisatrice Chloé Henry-Biabaud a vécu aux Goudes pendant plus de huit ans. Elle y a élevé ses enfants, rencontré beaucoup d’amis. Comme tous les riverains, elle aime cet endroit plus que tout. Cependant, son histoire la questionne. Avec ce film documentaire, elle choisit de se pencher sur l’héritage de ce lourd passé industriel, tant sur les sols contaminés, que sur les habitants, quotidiennement exposés à une pollution chronique.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.