icon-fichetechnique

ANNÉE : 2021

RÉALISÉ PAR : Catherine Bernstein et Martine Delumeau

COPRODUCTION : pop’films

DIFFUSION : Mercredi 23 février sur ARTE

Le 31 mars 1971, la file d’attente ne cesse de s’allonger devant le cinéma Grand Circus de Detroit. Du jamais vu pour un film indépendant et de surcroit classé X.
« Sweet sweetback’s Baadasssss Song » est à l’affiche.
Ce jour-là, des femmes et des hommes, jeunes et noirs, vont connaitre une déflagration libératrice. Dans une Amérique injuste et violente avec ses minorités, ils vont découvrir sur l’écran pour la première fois un héros noir qui se révolte et s’affranchit.

Sweetback vit dans le ghetto de Watts à Los Angeles où il se produit dans des spectacles érotiques. Passif voire soumis, il est un jour témoin de violences policières contre un jeune activiste noir. Sweetback prend alors sa défense et frappe mortellement les policiers. Commence alors sa fuite dans les rues du quartier Watts en passant par la banlieue de Los Angeles pour finir à la frontière mexicaine.

C’est l’histoire d’une prise de conscience politique.

Un propos inédit qui affolera Hollywood et bouleversera, par son fond et par sa forme, le cinéma américain.

Le réalisateur de ce film guérilla, Melvin Van Peebles, un des rares cinéaste africain-américain de l’époque, va non seulement écrire le scénario et le mettre en scène, mais aussi incarner le rôle principal, composer la musique et surtout réussir à le produire face aux puissants studios d’Hollywood.
Contre toute attente, ce film d’avant-garde à petit budget rapportera 15 millions de dollars.
« Sweet sweetback’s Baadasssss Song » malgré lui sera à l’origine d’un nouveau genre dans le cinéma américain : la Blaxploitation.

« Sweet Sweetback’s Baadasssss song, A l’origine de la Blaxploitation » nous plonge dans cette époque si difficile pour un cinéaste noir américain et nous entraine, à travers son journal de tournage dans les combats que Melvin Van Peebles a dû mener.

Ses enfants (Mario, Max et Marguerite) et son petit-fils (Mandela), tout comme des témoins de l’époque aujourd’hui producteurs, réalisateurs et acteurs racontent cette extraordinaire aventure hautement politique. Héritiers, ils évoquent comment ce film leur a ouvert la voie et prouvé qu’en dehors d’Hollywood un salut existe.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.